L’importance provisoire des modèles de rôle pour la représentation des femmes dans la politique

"Les femmes sont une minorité dans toutes les législatures d’Etat en Amérique" était le titre d’un récent article sur le site Vox.com. Dans cette situation, l’Amérique ne fait pas exception: les femmes sont en effet politiquement mal représentées dans pratiquement tous les pays du monde. Pourquoi est-ce le cas? Il y a plusieurs explications, mais l’une des plus grandes difficultés pour l’égalité des sexes est l’absence de femmes candidates. Le système électoral et d’autres institutions politiques posent souvent des obstacles structurels aux femmes du côté de la demande ainsi que de l’offre. Les femmes semblent être moins enthousiastes à se présenter aux élections que les hommes, en partie parce qu’elles auraient des doutes à propos de leurs qualifications et qu’elles se sentiraient moins à l’aise avec le procédé électoral. Quelles mesures doivent être prises afin de contrer cette situation? Les quotas des genres ont été un outil populaire et efficace. Plusieurs défenseurs pensent que les quotas créent des effets indirects qui les rendraient superflues au fil du temps. Par exemple, on pense que les quotas peuvent mettre les électeurs plus à l’aise envers des femmes politiciennes et qu’ils peuvent surtout attirer plus de femmes dans la politique électorale active en créant des modèles de rôle pour les futures femmes candidates. Ces "spillover" ou "débordements" ne sont pas seulement une conséquence des quotas, mais plus généralement de la présence des femmes dans la politique -- c’est à dire de leur représentation "descriptive".

Mon article démontre que les "débordements" de la représentation des femmes se manifestent aussi entre pays, états, cantons ou communes. Une femme élue dans une certaine commune par exemple, peut devenir un modèle de rôle pour d’autres femmes et pas seulement dans la même commune mais aussi ailleurs. En conséquence, les femmes candidates pourraient se répandre à travers les juridictions. La seule recherche qui a déjà traité cet argument n’a pas pu trouver des évidences qui l’appuyaient, mais cette étude considérait uniquement les effets d’une élection récente. Par contre, mon étude s’appuie sur l’introduction tardive du droit de vote pour les femmes en Suisse en 1971 pour suivre l’influence des exemples précurseurs depuis la première élection durant laquelle les femmes ont pu voter et être élues. Mon analyse trouve des "débordements" significatifs pour quelques années après l’introduction du droit de vote pour les femmes. Au début, si une femme était élue dans une commune, une femme supplémentaire décidait alors de se porter candidate pour les prochaines élections dans 10% des communes voisines. Ce "débordement" persiste pour quelques élections encore mais s’estompe ensuite: l’importance de modèles de rôle apparaît alors comme provisoire.

Il y a deux explications pour cette tendance. D’un côté, l’analyse statistique montre que l’existence d’un "débordement" présuppose qu’il n’y ait pas de femmes sortantes qui se présentent pour la réélection. Comme la représentation féminine s’améliore au fil du temps, il n’y a que peu de communes où c’est le cas. D’un autre côté, des données qualitatives suggèrent que lorsque la proportion des femmes dans les exécutifs locaux atteint 20% à 25%, l’égalité des genres est prise pour acquise par les chefs du parti et les femmes candidates potentielles.

Ces résultats ont plusieurs implications:

1) les interventions visant à augmenter la représentation des femmes devraient également prendre en compte les "débordements". Par exemple, si les quotas de genre sont introduits seulement dans certaines juridictions à l’intérieur d’un pays, leur distribution géographique devrait être conçue pour maximiser la diffusion.

2) la durée de l’intervention est cruciale car les "débordements" changent à travers le temps et ont tendance à disparaître quand un taux de représentation est considéré comme approprié, même si il est loin d’être égalitaire. Ceci peut être une conséquence non-voulue d’interventions à succès: le progrès dans la représentation peut être pris pour acquis trop rapidement.

3) ces arguments peuvent être pertinents pour des groupes mal représentés, comme les minorités ethniques et sexuelles.

Malgré ses spécificités, le cas suisse est assez représentatif des tendances internationales. L’enseignement de mon étude est que l’exemple de politiciennes à succès peut motiver des autres femmes à entreprendre une carrière politique, mais seulement jusqu’à ce que la représentation féminine soit considérée comme adéquate. Par conséquent, l’effet positif des modèles de rôle pour l’amélioration de la représentation des femmes dépend de comment les niveaux actuels de représentation seront perçus par les acteurs politiques et par le public -- et du succès des activistes à influencer ces perceptions.