L’importance provisoire des modèles de rôle pour la représentation des femmes dans la politique

"Les femmes sont une minorité dans toutes les législatures d’Etat en Amérique" était le titre d’un récent article sur le site Vox.com. Dans cette situation, l’Amérique ne fait pas exception: les femmes sont en effet politiquement mal représentées dans pratiquement tous les pays du monde. Pourquoi est-ce le cas? Il y a plusieurs explications, mais l’une des plus grandes difficultés pour l’égalité des sexes est l’absence de femmes candidates. Le système électoral et d’autres institutions politiques posent souvent des obstacles structurels aux femmes du côté de la demande ainsi que de l’offre. Les femmes semblent être moins enthousiastes à se présenter aux élections que les hommes, en partie parce qu’elles auraient des doutes à propos de leurs qualifications et qu’elles se sentiraient moins à l’aise avec le procédé électoral. Quelles mesures doivent être prises afin de contrer cette situation? Les quotas des genres ont été un outil populaire et efficace. Plusieurs défenseurs pensent que les quotas créent des effets indirects qui les rendraient superflues au fil du temps. Par exemple, on pense que les quotas peuvent mettre les électeurs plus à l’aise envers des femmes politiciennes et qu’ils peuvent surtout attirer plus de femmes dans la politique électorale active en créant des modèles de rôle pour les futures femmes candidates. Ces "spillover" ou "débordements" ne sont pas seulement une conséquence des quotas, mais plus généralement de la présence des femmes dans la politique -- c’est à dire de leur représentation "descriptive".

Mon article démontre que les "débordements" de la représentation des femmes se manifestent aussi entre pays, états, cantons ou communes. Une femme élue dans une certaine commune par exemple, peut devenir un modèle de rôle pour d’autres femmes et pas seulement dans la même commune mais aussi ailleurs. En conséquence, les femmes candidates pourraient se répandre à travers les juridictions. La seule recherche qui a déjà traité cet argument n’a pas pu trouver des évidences qui l’appuyaient, mais cette étude considérait uniquement les effets d’une élection récente. Par contre, mon étude s’appuie sur l’introduction tardive du droit de vote pour les femmes en Suisse en 1971 pour suivre l’influence des exemples précurseurs depuis la première élection durant laquelle les femmes ont pu voter et être élues. Mon analyse trouve des "débordements" significatifs pour quelques années après l’introduction du droit de vote pour les femmes. Au début, si une femme était élue dans une commune, une femme supplémentaire décidait alors de se porter candidate pour les prochaines élections dans 10% des communes voisines. Ce "débordement" persiste pour quelques élections encore mais s’estompe ensuite: l’importance de modèles de rôle apparaît alors comme provisoire.

Il y a deux explications pour cette tendance. D’un côté, l’analyse statistique montre que l’existence d’un "débordement" présuppose qu’il n’y ait pas de femmes sortantes qui se présentent pour la réélection. Comme la représentation féminine s’améliore au fil du temps, il n’y a que peu de communes où c’est le cas. D’un autre côté, des données qualitatives suggèrent que lorsque la proportion des femmes dans les exécutifs locaux atteint 20% à 25%, l’égalité des genres est prise pour acquise par les chefs du parti et les femmes candidates potentielles.

Ces résultats ont plusieurs implications:

1) les interventions visant à augmenter la représentation des femmes devraient également prendre en compte les "débordements". Par exemple, si les quotas de genre sont introduits seulement dans certaines juridictions à l’intérieur d’un pays, leur distribution géographique devrait être conçue pour maximiser la diffusion.

2) la durée de l’intervention est cruciale car les "débordements" changent à travers le temps et ont tendance à disparaître quand un taux de représentation est considéré comme approprié, même si il est loin d’être égalitaire. Ceci peut être une conséquence non-voulue d’interventions à succès: le progrès dans la représentation peut être pris pour acquis trop rapidement.

3) ces arguments peuvent être pertinents pour des groupes mal représentés, comme les minorités ethniques et sexuelles.

Malgré ses spécificités, le cas suisse est assez représentatif des tendances internationales. L’enseignement de mon étude est que l’exemple de politiciennes à succès peut motiver des autres femmes à entreprendre une carrière politique, mais seulement jusqu’à ce que la représentation féminine soit considérée comme adéquate. Par conséquent, l’effet positif des modèles de rôle pour l’amélioration de la représentation des femmes dépend de comment les niveaux actuels de représentation seront perçus par les acteurs politiques et par le public -- et du succès des activistes à influencer ces perceptions.

Modèles de rôle, spillovers et représentation politique des femmes

Ce projet vise à récolter des données sur la représentation des femmes dans les communes de 17 cantons suisses à travers la compilation d’une liste complète des femmes candidates et de leurs résultats d’élection au niveau communal depuis l’introduction du vote des femmes. Ces données vont être utilisées afin d’examiner l’influence des modèles de rôle – donc de politiciennes à succès – sur la promotion de la représentation politique des femmes ainsi que sur leur disposition à être candidate à un poste politique.

Une des raisons principales qui expliquent la différence persistante entre la représentation politique des hommes et des femmes provient du fait que les femmes se portent moins souvent candidates à un poste politique malgré que leur chances d’être élues sont en général les mêmes que celles des hommes. De précédentes études ont démontré que dans le canton de Zurich la présence de modèles de rôle, définis comme des politiciennes à succès avec lesquelles les femmes peuvent s’identifier, peut être mise en relation avec le nombre de candidatures féminines, mais seulement pour quatre élections depuis l’introduction du droit de vote pour les femmes. Cependant, le processus par lequel les modèles de rôle perdent au fil du temps leurs effets positifs, demeure flou et demande de plus amples clarifications. Ce projet met en place des comparaisons inter-cantonales pour a) examiner comment la durée de l’effet positif des modèles de rôle varie, b) expliquer comment les règles électorales déterminent l’influence des modèles de rôle, c) examiner les conséquences involontaires de la représentation des femmes, et d) permettre des estimations fiables des relations de causalité. Ces résultats vont permettre de tirer des conclusions sur le potentiel actuel et futur des modèles de rôle afin d’améliorer la représentation des femmes.

Malgré des améliorations importantes durant la dernière décennie, les femmes restent mal représentées dans la politique. La stagnation de la proportion des femmes dans des postes politiques inférieure à 30% indique qu’on ne peut pas partir du principe qu’un automatisme pourrait créer de bonnes conditions pour améliorer l’égalité des sexes. Il est ainsi fondamental de comprendre comment la fonction des exemples de politiciennes à succès peut contribuer à changer cet état de fait et attirer plus de femmes à déposer leur candidature politique.


Mesurer la diffusion des politiques publiques grâce à l’analyse de textes automatisée: Le cas de l’interdiction de fumer dans les lieux publics en Suisse et aux États-Unis

Le concept de diffusion induit l’idée d’une propagation des politiques publiques au travers des différents états, cantons, etc. L’interdiction de fumer dans certains cantons en Suisse est bon exemple illustrant ce concept: plusieurs cantons adoptèrent une loi stipulant l’interdiction de fumer dans les lieux publics seulement après que le Tessin l’eut adopté par referendum, voyant une large majorité de la population tessinoise soutenant le texte de loi. De la même manière, de nombreux états adoptèrent une loi portant sur l’interdiction de fumer aux États-Unis après sa mise en oeuvre réussie en Californie. Jusqu’à présent, la recherche en science politique fut capable de documenter la diffusion de politiques publiques mais pas d’expliquer ses différentes formes.

Notre objectif principal est de contribuer à une meilleure explication du phénomène de diffusion des politiques publiques en utilisant de nouvelles méthodes statistiques autorisant l’analyse d’un très grand nombre de textes. Concrètement, nous souhaitons analyser si et comment la perception d’une loi sur l’interdiction de fumer par l’opinion publique dans un canton, respectivement dans un état américain, est influencé par l’application d’une loi similaire dans un autre canton ou état.

Une première hypothèse serait par exemple que le débat public sur les problèmes liés à la mise en oeuvre d’une interdiction de fumer ainsi que la perception des conséquences négatives d’une telle loi sur les restaurateurs dans un canton ou état soient influencés par l’expérience positive d’une autre région ayant adoptée une interdiction de fumer.

Ce type d’analyse pourrait ensuite être appliqué dans de nombreux autres domaines et avoir ainsi une grande influence sur la recherche en matière de diffusion de politiques publiques. Notre travail va non seulement apporter de nouvelles données pour comprendre comment les lois portant sur une interdiction de fumer se sont diffusées, mais il va également contribuer à améliorer l’analyse des processus de diffusion dans une perspective plus générale. En effet, une meilleure compréhension des mécanismes du processus de diffusion est particulièrement importante car elle permet entre autre d’accélérer ou de freiner l'introduction de ce type de loi à l‘échelle nationale. Une telle information présente de fait un grand intérêt pour de nombreux acteurs du système politique.